mardi 2 octobre 2012

Des salafistes veulent interdire porc et alcool sur le marché

Nîmes : se croyant en Tunisie, des salafistes veulent interdire porc et alcool sur le marché. Préface Gérard Brazon
Gérard 52ansNous avions signalé ce fait divers sur ce site - fait qui n'est pas si divers que ça mais qui est bien une tentative d'imposer une culture qui n'est pas la nôtre. En cela, les salafistes obéissent aux mêmes principes qui est de forcer la main, faire peur, utiliser la violence si nécessaire.
Nous assistons là à ce qui s'est passé dans tous les pays où l'islam s'est installé. D'abord doucement, en se montrant pacifique, conciliateur puis à l'aune du nombre de musulmans dans le pays, dans le quartier nouvellement occupé, de façons plus sournoises (jouer les victimes, pratiquer la taqqya) et puis vient la violence (imposition de la charia).
Nous oublions trop souvent que les pays dit musulmans furent d'abord des pays Juifs et chrétiens (Turquie, Irak, Syrie, Liban, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, etc.) Quelques uns se sont libérés comme l'Espagne, la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie, etc. mais toujours dans le sang. Lorsque l'on connait l'histoire de l'islam, on sait que jamais cette religion ne s'est installée dans la paix. Son but ultime est d'islamiser la planète et de renvoyer en 630 des pays comme le nôtre.
Comme les dignitaires de ce système politico-religieux ne sont pas tous des imbéciles, voire des tarés religieux, ils savent que le temps joue contre eux et qu'il va vite devenir difficile d'affirmer comme vérités des inepties coraniques comme celle de dire que la terre est plate parce que le soleil se couche dans la boue selon le Coran, d'affirmer que l'idée que "la terre est ronde" relève d'un complot d'occidentaux.
Le temps joue contre cette pseudo religion et pousse leurs dignitaires à imposer le délit de blasphème pour éviter de mettre à jour cette réalité. Celle d'une religion de dictature interdisant toutes libertés individuelles, réflexions personnelles ainsi que le libre arbitre. C'est en cela qu'il peut sans doute y avoir quelques complicités entre les puissants de la finance et cette "religion destructrice des libertés".
Délire? Si cela pouvait être vrai, j'en serai satisfait.
Gérard Brazon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire