vendredi 10 août 2018

PATRICE QUARTERON


« Mon pays qui m’a tant aimé, je lui dois tout » :
Réponse de Patrice QUARTERON
Champion du monde de boxe poids lourd
à BENZEMA footballeur "français".Heuuu!!!!
Posté le dimanche 22 avril 2018
 

Le footballeur français (Benzema) a expliqué qu’il n’avait jamais chanté la Marseillaise car il n’aimait pas cet hymne guerrier.

Patrice Quarteron, champion du monde de boxe poids lourd, lui répond :

Cher Benzema,
Comment oses-tu ? 
Comment peux-tu insulter la France, qui t’a pourtant tout donné, tout pardonné ?
Tu as la bi-nationalité, tu pouvais donc choisir de jouer pour la France ou l’Algérie. Tu aschoisi la France.
Puis, tu as expliqué que ton cœur était là-bas, et que tu jouais ici pour le business.
Premier manque de respect. Et pourtant, la France te pardonnait.
Pendant plus de 1 122 minutes sous le maillot bleu, tu es resté muet. Charlatan que tu étais.
Mais Didier Deschamps, ton sélectionneur, t’a soutenu, défendu.
Jusqu’à ce que tu nous plantes un misérable but contre l’Australie. Puis que tu l’accuses de céder aux pressions d’une France prétendument raciste. Quelle ingratitude.
Et ça encore, la France te pardonnait. 
Sur les terrains, tu traînes partout ton arrogance, ton mépris du public, de la ferveur des supporteurs, des journalistes. Sûr de toi, convaincu d’être le prochain Zidane.
Et encore… Tout ça n’est que du foot.
Mais il a fallu que tu commettes l’impardonnable. L’insupportable.
L’insulte à la nation. 
C’était en Espagne. La Marseillaise retentit, la France rend hommage aux victimes d’un attentat. Et toi, tu craches au sol.
Si tu avais fait cela en Algérie, tu serais probablement un homme mort.
Ce que tu fais est grave. Tu manques de respect et tu donnes l’impression que tous les Français arabes sont comme toi. 
Tu te fais le porte-voix de tous ces « jeunes », qui haïssent la France dans leurs quartiers qu’on appelle « populaires » pour ne pas dire leur nom. Tu ne les représentes pas.  
Toi, l’enfant choyé, qui à 12 ans avait son slip lavé en centre de formation. Toi, le millionnaire fait de A à Z par la France.
Toi, le privilégié qui joue la comédie du racisme. Tu ne connais rien de la cité, de la misère, tu n’as jamais vécu ce que vivent ces jeunes élevés dans la
haine et le ressentiment.
Moi, j’ai grandi là-dedans, et tu ne rencontreras jamais plus grand patriote.
Partout où je combats, j’essaie de donner la meilleure image de mon pays qui m’a tant
aimé et tant donné. Je lui dois ça. Je lui dois tout.

Et toi aussi.
Quelle est ta défense pour justifier ton attitude ? Tu n’as aucune excuse.
Respecte
le pays qui t’a nourri.
Respecte la France qui t’a permis d’être un grand joueur.
Tu dis que Zidane et Platini ne chantaient pas la Marseillaise. Mais eux respectaient le drapeau !
Jamais ils n’ont dit que la France, c’était pour le business.
Jamais ils n’ont craché pendant l’hymne.
Tu aurais pu être un exemple pour des milliers de jeunes qui ne croient plus en la France.
Tu aurais pu leur montrer les bienfaits de ce pays et leur servir de modèle.
Tu as choisi de faire l’inverse.
Traître à la nation. 
J’espère que personne ne prendra ton exemple dans les générations futures.
Bon vent et adieu.
Tu ne nous manqueras pas.
 
Patrice QUARTERON Champion du monde de boxe poids lourd.Merci
 

Le Hamas à l’agonie Par Sami el Soudi


Le Hamas à l’agonie (020208/18) [Analyse] Par Sami el Soudi © Metula News Agency
 
Aujourd’hui (mercredi) se déroule au Caire une rencontre réunissant des responsables du Hamas et des membres des services du Renseignement égyptien. C’est le quatrième rendez-vous de ce type en dix jours. Il se dit avec insistance qu’un émissaire du gouvernement israélien suit ces discussions, au moins de manière indirecte, c’est-à-dire dans une autre chambre de l’hôtel où elles se déroulent. La discussion doit être assez importante, car elle a engendré aujourd’hui l’annulation par M. Netanyahu de tous ses déplacements prévus la semaine prochaine.
 
 Officiellement, il s’agit de mettre sur pied une trêve de longue durée entre l’organisation terroriste islamique de Gaza et l’Etat hébreu, ce, sur la base d’une proposition égyptienne.
 
 Ce n’est vrai qu’en partie. En réalité, les services du Maréchal al Sissi organisent le transfert du contrôle de la bande côtière à l’Autorité Palestinienne. L’idée se trouve sur la table depuis au moins quatre ans, et elle a souvent été présentée comme la "réconciliation" entre le Hamas et l’Autorité Palestinienne. Mais durant toute cette période, la milice islamique a toujours refusé de transmettre effectivement les clés de l’enclave à Mahmoud Abbas. Maintenant, elle n’a plus le choix.
 
 Le Hamas ne peut plus faire autrement car il se trouve dans un état de déliquescence avancé et il ne contrôle déjà plus la Bande ni ce qui s’y passe.
 
 La faute principalement au manque d’argent ; le Qatar, son plus grand bailleur de fonds historique, s’est engagé auprès de l’Arabie Saoudite, des autres pays du Golfe et des Etats-Unis à cesser ses transferts. L’Iran se trouve en plein marasme économique, le rial ne vaut plus rien et il n’a plus un sou. La frontière avec l’Egypte est devenue étanche, et l’Amérique de Donald Trump a cessé tous ses versements aux organisations humanitaires, dont les richesses parvenaient, par des voies détournées, souvent dans les caisses du Hamas.
 
 En conséquence de ce qui précède, le Hamas n’a plus payé ses miliciens depuis plusieurs mois. Ceci a entraîné une implosion de l’organisation terroriste en une quinzaine de plus petites entités, semi-islamistes, semi-mafieuses, qui font chacune régner sa loi dans une zone de la bande côtière.
 
 Elles n’obéissent plus aux ordres du Hamas tronc central, mais négocient au coup par coup les demandes qui en émanent, de même que celles qui proviennent des organisations concurrentes. On échange du pétrole, des armes, des munitions ainsi que des produits cessibles, contre l’acceptation de s’abstenir de tirer des roquettes sur Israël ou de ne plus envoyer des miliciens armés ou des civils se frotter à la frontière de sécurité ou lancer des cerfs-volants incendiaires.
 
 Ces groupuscules armés arrondissent leurs revenus en rackettant les commerçants les plus fortunés de la zone qu’ils "gouvernent". Reste que l’argent se fait rare pour tout le monde et que le standing des miliciens a beaucoup baissé, ce qui les pousse de plus en plus à ressembler à des bandes armées, un peu ou beaucoup comme dans Mad Max, et de moins en moins à des supplétifs d’une armée en devenir.
 
 De plus, ces bandes font monter les enchères en désobéissant intentionnellement au tronc central. Pour y parvenir, elles enfreignent les engagements pris par les dirigeants du Hamas, soit en envoyant quelques roquettes sur Israël, soit des cerfs-volants et des ballons incendiaires. Des actes que lesdits dirigeants s’étaient engagés à faire cesser face aux Israéliens et au Egyptiens.
 
 Mais ce matin encore, plusieurs cerfs-volants ont été lancés sur le Néguev, allumant des incendies heureusement rapidement maîtrisés.
 
 Ce n’est évidemment pas que le Hamas se soit pris d’amour pour les Juifs, mais parce qu’il n’a plus du tout les moyens de répondre à Tsahal lors d’éventuels échanges de feu. Cela s’est remarqué à plusieurs reprises ces dernières semaines : d’abord lorsque l’organisation terroriste n’a pas répliqué du tout aux deux raids aériens les plus massifs depuis le conflit de 2014. Ensuite, parce que les fois précédentes, ces situations dégénéraient en confrontations armées, d’une durée variant entre trois jours et un mois et demi. Or désormais, ce qui reste de la direction du Hamas, lorsque le risque d’un affrontement se précise, se rue sur les téléphones pour appeler les Egyptiens et leur demander d’organiser un cessez-le-feu.
 
 Mais comme on l’a dit, l’organisation des ex-Ismaïl Hanya et Khaled Mashal n’a plus les moyens de faire respecter ces armistices. Il lui reste entre 1 500 et 2 000 miliciens très indisciplinés sur 30 000 il y a un an encore. Personne ne creuse plus les tunnels stratégiques, n’entretient plus le réseau de communication souterrain, et le nombre des commandos de lanceurs de roquettes est ridiculement insuffisant.
 
Yahya Sinwar, le "liquidateur" du Hamas
 
Une ex-tête brûlée qui apprécie les séjours au Caire et a des visions d’avenir
 
 Il importe de préciser que ces fonctions étaient grassement rémunérées, car elles étaient les plus exposées. Il existait déjà une forte réticence notamment parmi les perceurs de tunnels, après que des dizaines d’entre eux trouvèrent la mort dans des conditions épouvantables : par noyade, lorsque Tsahal inondait les galeries, par explosion ou lors de bombardements aériens. Maintenant que cette activité ne rapporte plus rien, on ne trouve plus de volontaires.
 
 Il n’y a plus de tunnels en état d’être utilisés, et s’il reste des milliers de roquettes dans des caches, il n’y a personne pour les entretenir et pour les tirer. Pour ne rien arranger, le manque d’argent facilite le travail de recrutement d’agents au profit d’Israël, dont le Renseignement sait désormais quasiment en direct tout ce qui se trame dans l’enclave. Et ce, avec une précision diabolique.
 
 Pour Jérusalem et le Caire, la faillite du Hamas est plutôt une bonne nouvelle ; pour les Israéliens, en cela que des tirs massifs de roquettes en direction de leurs grandes villes ne sont pratiquement plus à craindre. Pour les Egyptiens, parce que la succursale palestinienne des Frères Musulmans qu’est le Hamas n’a plus les moyens de soutenir les islamistes du pays du delta du Nil.
 
 Mais il n’existe aucune raison de triompher pour ces deux capitales. D’une part, pour les Hébreux, parce que des tirs plus limités mais inattendus se font plus nombreux et qu’il n’y a plus personne avec qui s’entendre sur un cessez-le-feu. Et pour al Sissi et Netanyahu, parce que l’instauration d’une anarchie à Gaza n’est pas dans leurs intérêts. D’autant plus qu’à terme, l’un des clans va finir par prendre le pouvoir et que cela pourrait bien être une formation salafiste de nature à leur faire regretter le Hamas.
 
 Autre préoccupation à Jérusalem, l’obsession stratégique de Binyamin Netanyahu voulant que l’Autorité Palestinienne ne prenne le pouvoir à Gaza sous aucun prétexte, car cela paverait la voie vers un Etat palestinien. Le Premier ministre hébreu désire le maintien d’un Hamas affaibli à Gaza, ce qui est le meilleur moyen à ses yeux d’éviter la formation d’un Etat palestinien bicéphale, la tête en Cisjordanie et la queue à Gaza. Ce, particulièrement au moment où le Plan Trump prévoit précisément de détacher la bande côtière de la destinée de la Cisjordanie, pour en faire une ville-Etat démilitarisée à l’instar de Singapour.
 
Il semble que sur ce point également, al Sissi et Netanyahu se situent sur des positions concordantes : il ne s’agit pas réellement, aujourd’hui au Caire, de remettre Gaza à Mahmoud Abbas. Premièrement, parce qu’il ne dispose pas des moyens militaires pour la gouverner, et ensuite, parce que l’Egypte entend jouer un rôle clé dans le "Projet Singapour". Ce dernier doit en effet se développer sur une partie du Sinaï égyptien et faire appel pour un tiers à de la main d’œuvre égyptienne ; et au pied des pyramides, on compte bien que cela soit pour les postes de direction, pour donner des débouchés aux ingénieurs locaux sur les deniers saoudiens et ceux du Golfe arabo-persique, et pour le plus grand profit des entreprises du delta du Nil.
 
 Pour y parvenir, al Sissi est prêt à participer au maintien de l’ordre du Gaza post-Hamas. Il aimerait également pouvoir compter sur les sympathies de dirigeants post-Hanya/Mashal, le sigle Hamas ne faisant plus peur à personne et n’étant pas immuable non plus. Assurément pas en échange d’un peu de cash et de promesses de postes intéressants dans le développement de Gaza-Singapour.
 
 L’un des hommes dont il est le plus question est Yahya Sinwar, le nouveau chef du Hamas à Gaza, qui a remplacé Ismaïl Hanya en février dernier. Condamné à 30 ans de prison, Sinwar en a passé 22 dans les geôles israéliennes pour différents meurtres. En 2011, il a fait partie de l’échange pour la libération de Gilad Shavit, et c’est lui que les Israéliens avaient choisi pour négocier avec eux les listes des prisonniers libérables.
 
 Le Hamas dispose toujours d’un réseau intéressant, qu’il doit être possible de récupérer aujourd’hui pour des sommes misérables. Al Sissi possède un autre atout dans sa manche : la possibilité de recourir à l’aide des Israéliens, ce qui explique la présence de l’observateur de Netanyahu sur le lieu des négociations. Il suffit de coordonner avec eux la riposte aux inévitables tirs de roquettes et aux attaques de cerfs-volants. On peut ainsi renforcer telle faction ou affaiblir telle autre.
 
 Tsahal au secours du Hamas ? De la science-fiction ? Il est clair que je ne suis pas le bienvenu aux discussions du Caire et que cela ne participe que d’une supposition sans preuves de ma part. Mais cela ne me semble pas du tout exclu. Je constate ainsi que Tsahal intervient de moins en moins contre les cerfs-volants, et uniquement près de la barrière de sécurité et non contre des positions stratégiques. D’autre part, le gouvernement israélien met de moins en moins en cause le Hamas.
 
 J’observe aussi que les deux derniers raids aériens massifs ont fait un nombre minime de blessés et de morts. Les cibles étaient toutes étiquetées Hamas, centres de commandement, d’observation, d’entraînement, de fabrication et de stockage d’armes. Mais il n’y avait personne dedans ! Les quelques victimes se trouvaient "à proximité".
 
 Ce mercredi, pour la seconde fois, en réponse à la poursuite des activités pyromanes le long de la frontière en contradiction avec le dernier accord de cessez-le-feu, Israël a partiellement fermé le point de passage de Kerem Shalom par où transitent 90 pour cent des marchandises consommées à Gaza. L’Egypte, de son côté, n’a pas augmenté le flux de l’approvisionnement au point de passage de Rafah qu’elle contrôle. Pas un litre de carburant n’est entré dans l’enclave où vivent 1.6 millions de personnes, et la décision d’embargo est illimitée dans le temps. Rien de tel pour mettre la pression sur les négociateurs du Hamas au Caire. Dix jours à ce régime et ce serait la guerre civile généralisée, sans que Tsahal ne tire une seule balle de fusil.
 
 Le Hamas est foutu, c’est un fait difficilement discutable. D’ailleurs tous les journalistes européens familiers de Gaza le savent pertinemment : on ne peut pas se transporter dans l’enclave sans buter sur les "mini-milices" ; s’ils n’en font pas état, c’est pour ne pas hypothéquer leur prochain séjour dans la Bande, parce qu’ils se sentent proches des objectifs de la milice et ne souhaitent pas dévoiler sa déconfiture, ou parce qu’ils sont férocement antijuifs.
 
 Ce n’est pour l’instant ni une bonne ni une mauvaise chose. Cela dépendra de la manière qu’auront les grands acteurs régionaux et les USA d’organiser ce qui va suivre.
 
 
 

samedi 4 août 2018

AU TRIBUNAL DE L'AMITIE pièce de théatre que j'écris actuellement



 Richard a fauté avec Colette, la petite amie de Paulo, son ami de toujours.
Jacky et Roland, leurs amis d’enfance, évoquent le problème



ACTE 1

JACKY 

Purée mais Richard, il devenu fou ! Niquer Colette, la femme de son meilleur ami, tu t’rends compte ?

ROLAND 

C’est pas sa femme, c’est sa gonzesse !

JACKY 

C’est du pareil au même. Du moment qu’il la considère comme son épouse………. Ils sont ensembles depuis trois ans

ROLAND 

S’il voulait qu’on la considère comme son épouse, il avait qu’à l’épouser, ce con ! Ça fait deux ans qu’il lui promet le mariage.

JACKY 

Il faut mieux être sourd qu’entendre ça ! A t’écouter, c’est de la faute de Paulo si Richard il a niqué Colette.

 ROLAND 

Je dis pas ça mais dans un tribunal, les torts y seraient partagés.

JACKY 

Pourquoi tu me parles de tribunal maintenant ? On n’est pas dans un tribunal ! On est chez moi !

ROLAND 

 Et puis, tu travestis la vérité !

JACKY

Je travestis la vérité ? En quoi je travestis la vérité, dis-le moi parce je ne parviens  pas à te suivre !  Il l’a niqué, oui ou non ?

ROLAND

Oui, pour l’avoir niquée, il l’a niquée !

JACKY

Alors ?

ROLAND

Alors, Colette aussi elle a niqué Richard !

JACKY

Il l’a niquée, elle l’a niqué…… Qu’est-ce que ça change ?

ROLAND  

Ah, ça change tout !

JACKY

Putain, j’vais péter un plomb !

ROLAND

Pète si tu veux mais tu travestis la vérité…… Tu accuses Richard d’avoir  niqué Colette et tu n’accuses pas Colette d’avoir niqué Richard.

JACKY

Ah bon, tu joues sur les mots?

ROLAND

Je joue pas sur les mots. Les mots ont un sens et Moi, le prof de français, je rétablis la vérité !

JACKY

Tu es d’accord avec moi pour dire qu’il y a eu niquade ?

ROLAND

Moi, j’ai pas vu ! Je me base sur ce que tu me dis et, j’ai pas de raison de mettre ta parole en doute : il a niqué Colette!

JACKY

Alors, qu’est-ce qu’il te faut de plus ! Qu’il la viole ?

ROLAND

Non, puisqu’elle était consentante ! A moins qu’il l’a réellement violée.

JACKY

Non, il l’a pas violée ! Elle était consentante. Tu veux lui téléphoner pour qu’elle te le confirme ?

ROLAND

Non, ta parole me suffit. Donc, ton phrasé était faux !

JACKY

Hou là-là ! Maintenant, c’est mon phrasé ? Qu’est-ce qu’il vient faire mon phrasé là-dedans ?

ROLAND

Pour qu’il y ait pas d’équivoque, il faut dire que Richard il a niqué AVEC Colette. La préposition Avec, ça change tout. Si tu dis AVEC, cela prouve qu’ils niquent tous les deux. Avec son consentement. Donc il n’y a pas eu viol.

JACKY

Non, mais je rêve. J’ai en face de moi l’inspecteur Maigret et je ne le savais pas ! Ça doit te taper sur le système, cette histoire. Je sais bien que tu es prof de français mais qui a parlé de viol ? Qui ?

ROLAND

Justement, c’est parce que je suis pas un brèle comme toi, que je prépare sa défense.

JACKY

Sa défense ? Quelle défense, maitre Isorni ? Tu ne défends pas un assassin, il n’a tué personne. Il a simplement niqué la gonzesse de son meilleur ami. Il va pas passer au tribunal……… et, je te signale que la peine de mort est abolie en France.

ROLAND

Ouais, mais tu sais toi si c’est uniquement une affaire de cul ou une affaire de cœur !

JACKY

Et ça changerait quoi ? L’important, c’est que Paulo, il est cocu. CO-CU ! !

ROLAND

C’est vrai, le pauvre !

JACKY

Ah quand même ! Tu compatis. Hamdoullah !

ROLAND

A la vérité, Paulo ne peut pas être cocu. Eh, oui, pour être cocu, il faut être  marié ! Un célibataire, même s’il le veut, il ne peut être cocu…….il est tout au plus…….. banané mais pas cocufié !

JACKY

Oh putain, tu me fatigues la tête. On dirait que tu fais exprès de brouiller les cartes.

ROLAND

--Quelles cartes ?

JACKY

Ecoute, je préfère attendre Victor et Paulo. Ils vont pas tarder.



vendredi 20 juillet 2018

ISRAEL

SHABBAT SHALOM AUX AMIS D'ISRAEL

Loi fondamentale : Israël en tant qu'état-Nation du peuple juif

1. Principes de base

A. La Terre D'Israël est la patrie historique du peuple juif, dans laquelle l'état d'Israël a été créé.

B. L'État D'Israël est le foyer national du peuple juif, dans lequel il remplit son droit naturel, culturel, religieux et historique à l'autodétermination.

C. Le droit d'exercer l'autodétermination nationale dans l'état d'Israël est unique au peuple juif.

2. Les symboles de l'état

A. Le nom de l'état est " Israël."

B. Le drapeau de l'état est blanc avec deux bandes bleues près des bords et une étoile bleue de David au centre.

C. L'emblème de l'état est une menorah à sept branches avec des feuilles d'olive des deux côtés et le mot "Israël" en dessous.

D. L'hymne de l'état est " Hatikvah."

E. Les détails concernant les symboles de l'état seront déterminés par la loi.

3. La capitale de l'état

Jérusalem, complète et unie, est la capitale d'Israël.

4. Langue

A. La langue de l'état est l'hébreu.

B. La langue arabe a un statut particulier dans l'état ; la réglementation de l'utilisation de l'arabe dans les institutions de l'état ou par celles-ci sera fixée par la loi.

C. Cette clause ne porte pas atteinte au statut donné à la langue arabe avant l'entrée en vigueur de cette loi.

5. Rassemblement des exilés

L'État sera ouvert pour l'immigration juive et le rassemblement des exilés

6. Lien avec le peuple juif

A. L'état s'efforce d'assurer la sécurité des membres du peuple juif en difficulté ou en captivité en raison de leur judéité ou de leur citoyenneté.

B. L'État agit au sein de la diaspora pour renforcer l'affinité entre l'état et les membres du peuple juif.

C. L'État agit pour préserver le patrimoine culturel, historique et religieux du peuple juif parmi les juifs de la diaspora.

7. Présence juive

A. L'État considère le développement de la présence juive comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir sa création et sa consolidation.

8. Calendrier officiel

Le calendrier hébreu est le calendrier officiel de l'état et à côté de lui le calendrier grégorien sera utilisé comme calendrier officiel. L'utilisation du calendrier hébreu et du calendrier grégorien sera déterminée par la loi.

9. Jour de l'indépendance et jours de commémoration

A. Le jour de l'indépendance est la fête nationale officielle de l'état.

B. Le jour commémoratif pour les morts dans les guerres d'Israël et le jour du souvenir de l'holocauste et de l'héroïsme sont des journées officielles de l'état.

10. Jours de repos et de sabbat

Le Sabbat et les festivals d'Israël sont les jours de repos établis dans l'état ; les non-Juifs ont le droit de maintenir des jours de repos sur leurs sabbats et festivals ; les détails de cette question seront déterminés par la loi.

11. Immutabilité

Cette loi fondamentale ne peut être modifiée que par une autre loi fondamentale adoptée par la majorité des membres de la Knesset.